Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Dans la ville
    Aleph-Écriture
    Nb de signes : 2 500 - 5 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/06/2019
  • Noir
    Noir d'Absinthe
    Nb de signes :
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2019
  • Torbalan #2
    Torbalan
    Nb de signes : 3 500 - 25 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 24/06/2019
  • Micro-édition à l'atelier
    Association Constellation
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : contemporain
    Délai de soumission : 31/12/2019
  • Faux-Semblants
    YBY Editions
    Nb de signes : 20 000 - 60 000 sec
    Genre : lgbt
    Délai de soumission : 29/09/2019
  • Amour, sexe et nourriture
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 3 500 - 8 000 sec
    Genre : érotique
    Délai de soumission : 21/05/2019
  • Prix Zadig de la nouvelle policière 2019
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : policier
    Délai de soumission : 30/08/2019
  • Roman inspirant
    INDIGRAPHE édition inspirante
    Nb de signes : 235 000 - 500 000 sec
    Genre : fiction - contemporain
    Délai de soumission : 31/12/2019
  • Revue Gaueko no 2
    Éditions Les ruminant-e-s
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - horreur - poésie - merveilleux
    Délai de soumission : 31/07/2019
  • Amours Surnaturelles
    L'Alsacienne Indépendante
    Nb de signes : < 90 000 sec
    Genre : paranormal - romance
    Délai de soumission : 30/10/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Black Butler

Entre chien et loup Auteur: tatiko Vue: 1300
[Publiée le: 2011-07-25]    [Mise à Jour: 2011-12-26]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure Commentaires : 9
Description:
Un mauvais choix m’avait menée par le passé à n’être plus qu’un jouet en cage…
Un pacte, dont je n’imaginais qu’en partie l’étendue des conséquences, m’avait donné la force de briser mes entraves mais avait à jamais bouleversé le cours de mon existence…
Vêtue de noir, souillée de sang, j’avançais à présent dans les ténèbres… Qui me mèneraient maintenant vers Londres…


Avancement: chapitre 5 en ligne, bas les masques!
Crédits:
la plus part des personnages appartiennent à 'Black Butler'. les autres viennent de mes petites cellules grises.

Attention! Cette fanfiction se veut dans le même esprit que le manga, c'est à dire douce-amère. Certains chapitres seront violents et sombres. Bonne lecture!
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

02 - le festin

[1850 mots]
Publié le: 2011-08-12Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Encore une crypte… Encore un sous sol aussi richement décoré que stigmatisé dans un stéréotype malsain de ce que les êtres pitoyables venant s’adonner à leur passe temps macabre avaient des sciences occultes… Le luxe, ici, œuvrait pour la folie.

Du marbre massif, blanc ou noir, taillé avec géni pour offrir des gargouilles difformes, gardiennes hideuses et silencieuses à l’image de l’âme des humains venus satisfaire leur curiosité monstrueuse… Cette même pierre, au dehors de ce lieu maudit servant aux rituels sacrés lors des messes appelant le Pardon divin, se retrouvait érigé en hôtel sinistre dont les aspérités n’avaient pues être purifiées du sang innocent déjà tant de fois versé… Des dessins se revendiquant hasardeusement pentacles étaient dispensés à travers l’espace souterrain afin de rappeler aux gens discutant comme lors des bals auxquels ils se rendaient habituellement la finalité première de ce funèbre rassemblement… Des sièges de bois précieux s’alignaient avec discipline, tourné vers l’hôtel sacrificiel, attendant que l’on vienne s’y assoir afin que le funeste spectacle spectacle puisse enfin débuter…   D’innombrables chandeliers étaient crucifiés de toute part des murs épais servant à étouffer les hurlements et les pleurs des victimes alourdissant l’air jusqu’à le rendre irrespirable…

La peur des uns et l’excitation des autres, toute deux croissantes, électrisaient l’atmosphère et faisaient bouillir le sang de la jeune femme tapie dans l’ombre, dissimulée aux regards de tous. Ses yeux, d’un marron noisette laissant déjà paraitre des traces vermeilles en leur centre, étaient braqués vers le fond de la salle, brillant d’une étincelle incandescente. En effet il s’en élevait, presque timidement face aux discussions animées des hommes et des femmes masqués prenant peu à peu place sur les chaises, des sanglots étouffés d’enfants. Contre un mur, non loin de l’édifice de pierres souillées, aussi massif que menaçant, se trouvait une cage rudimentaire. Agenouillés et tremblants, blottis les uns contre les autres sur un paillasse de paille sale, vêtus de haillons crasseux et amaigris, cinq enfants d’une dizaine d’année tout au plus sanglotaient, abandonnés au désespoir le plus profond…la soif de survie avait déserté leurs frêles corps malmenés depuis trop longtemps déjà… Leurs regards, vides et vaincus, n’attendaient plus que la libération par la mort. Ils savaient qu’elle était imminente. Cependant, ils ignoraient, pauvres brebis broyées par la perversion humaine, qu’elle ne s’abattrait pas sur ceux à qui elle était originellement destinée…

  Bientôt tous les sièges furent occupés. L’effervescence immorale atteint son apogée alors que des serviteurs encagoulés et entièrement vêtus de noir s’avançaient silencieusement dans la pièce, éteignant au fur et à mesure de leur progression les bougies bien incapables d’éclairer les ténèbres régnant dans les têtes ici rassemblées. Le silence se fit dans la pénombre. Seuls demeuraient indemnes les bougeoirs trônant au fond de la crypte. Emergeant de derrière un rideau, un homme de haute taille, richement vêtu et paré d’une immense cape couleur sang, vint théâtralement prendre place derrière la table de marbre, un lourd ouvrage à la couverture de cuir sombre serré dans ses mains gantées. Le maitre de cérémonie pose son grimoire de pacotille ouvert sur l’hôtel, écartant d’un geste magistral les bras avant d’entamer un discours à l’attention de son public en extase, buvant la moindre de ses paroles incohérentes et morbides.

Mais la jeune femme, encore plus cachée dans l’ombre s’étant accrue, n’y prêtait pas attention. Cela n’avait, de toute manière, aucun intérêt. Tout ce qui l’obnubilait était sa faim insondable, bête féroce grondant en elle, enflammant son sang et emballant son cœur qui, à chacun de ses mouvements effrénés, happait un peu plus son humanité vers les tréfonds de son être maudit.

L’heure approchait…

Déjà son corps devenait prédateur, ses instincts s’aiguisant de seconde en seconde alors que l’appel du sang devenait insoutenable. Il lui fallait rassembler toute sa concentration afin de ne pas perdre totalement le contrôle et céder à l’animal affamé et furieux à l’étroit dans son corps en manque. Elle ferma les yeux, entendant au loin les cris stridents du premier enfant qu’on extirpait sans ménagement de sa cage, prison devenue seule protection inutile face à ses agresseurs en possédant la clé, le menant vers son ultime torture.

Quelques secondes encore…

Elle avala sa salive qui eut un mal à passer dans sa gorge asséchée, faisant glisser sa langue sur ses dents métamorphosées. Inconsciemment, elle serrait et desserrait ses poings, sentant presque déjà avec un plaisir infernal les os se brisant sous ses doigts. Des invocations risibles retentirent dans la grotte saturée par l’urgence et l’excitation, couvrant les pleurs et les supplications du gamin.

Enfin il était l’heure…

Elle rouvrit ses paupières closes, laissant paraitre des pupilles aussi rougeoyantes que les feux de l’enfer, happant les fragiles flammes des bougies, comme si elles avaient été effrayées par son aura dévastatrice, plongeant l’espace de son futur festin dans les ténèbres les plus absolus… Des cris de stupeur retentirent. Les adultes conviés au spectacle prenant décidemment si facilement peur de l’obscurité à laquelle ils vouaient un culte obscène quelque secondes auparavant. Se mouvant avec aisance dans le chaos naissant, se délectant des parfums d’angoisse et de frayeur commençant déjà à s’élevaient de la foule de cloportes amassés, la jeune femme atteignit l’hôtel, sa vision parfaitement adaptée à l’obscurité lui permettant de jouir entièrement du spectacle prenant forme. Un léger sourire s’étira sur ses lèvres alors qu’elle se saisissait du bras armé de l’homme s’apprêtant à poignarder le garçonnet, lisant avec délectation la stupeur et la douleur dans ses pupilles exorbitées tandis qu’elle lui broyait le poignet.  Doucereuse, sa voix délicatement macabre s’éleva dans l’espace sous terrain, combustible final à la panique grandissante détrônant sans pitié l’excitation précédente.

« Vous avez sollicité ma présence, me semble t il… alors permettez que je prenne places aux réjouissances… »

Le jeu pouvait enfin commençait. A peine eut elle prononcé le dernier mot de sa phrase qu’elle arracha le bras du maitre de cérémonie, faisant jaillir sans et hurlements. Elle se jeta sans plus attendre dans la foule, arrachant, broyant, démembrant et décapitant l’assistance terrorisée.

« Pauvres dégénérés… laissez moi vous faire gouter au chaos que vous chérissez tant… Souffrez et périssez, pitoyables que vous êtes ! »

Les minutes s’écoulèrent, crescendo de cris abominables et de violences, les vies prenant fin les unes après les autres sous ses coups implacables. Très vite, il ne demeura plus que le gourou devenu manchot et les enfants. Il était temps d’en finir… Sa faim, en s’apaisant, laissait sournoisement remontrer à la surface de son être sa conscience, l’étouffant sous une culpabilité et un dégout insoutenable. Cependant, à présent qu’elle avait commencé, il aurait été criminel de gâcher le dessert…

Lentement, enjambant nonchalamment les cadavres jonchant le sol, elle retourna près de l’hôtel où l’homme survivant agonisé, gémissant et sursautant au moindre bruit, à la vaine recherche de son agresseur dissimulé dans l’obscurité impénétrable. Son bourreau, couvert du sang de ses disciples déjà trépassés, s’arrêta à quelques pas, le fixant avec un mélange de plaisir et de répulsion. Ses natures opposées se confrontaient à nouveau pleinement en elle, preuve irréfutable qu’elle était parvenue à rassasier la Bête en elle pour l’heure…

« Qui… Qui est là ?! …Je… je sais que vous êtes là… Répondez ! Que voulez vous ?... Je…J’ai beaucoup d’argent… si vous épargnez ma vie je… »

Pitoyable arrogance… Le maitre de cérémonie avait perdu toute sa splendeur et son assurance… Il n’était plus qu’une loque tremblante dans le noir, comme un enfant confronté à un cauchemar…

« Vous repentez vous ? »

… L’incrédulité de l’interpellé face à cette question était presque palpable.

« Co… Comment ? »

« Voulez vous vraiment me faire me répéter ? »

Elle déposa son talon aiguille souillé d’hémoglobine sur le genou du blessé assis par terre, s’y appuyant d’un mouvement à la puissance sur humaine, le faisant exploser dans un son sordide d’os broyés noyé dans le cri strident de douleur qui le suivit immédiatement. L’être misérable suffoquait, se tortillant sur le sol dans la flaque formée par son propre sang. Alors qu’elle s’apprêtait à déposer son pied sur son autre jambe, il se traina hors de sa portée telle une limace, râlant de souffrance.

« A…  Arrêtez ! Je me repends…  Je me repends ! JE ME REPENDS !!! »

Un sourire satisfait s’épanouit sur les lèvres de la demoiselle. Elle s’avança vers le gourou déchu, le plaquant au sol d’un pied dans un hoquet de surprise de sa part, posant son talon au milieu de son front, entre les deux yeux.

« Trop tard. »

« N… ! »

Elle abattit sa jambe, faisant mourir cette protestation inutile en même temps que son crâne volait en éclats, faisant jaillir des flots rougeoyants sur le marbre sombre. Durant quelques instants, un silence stupéfait se suspendit dans l’air vicié alourdi par l’odeur métallique du sang omniprésent. Mais très vite, de légers sanglots se firent de nouveau entendre, en provenance de la cage épargnée ainsi que d’un coin de la crypte où s’était réfugié l’enfant voué au sacrifice. Il ne lui fallait pas perdre une minute… Elle s’approcha de la prison de métal, s’accroupissant devant les chérubins retenant leur souffle en entendant ses pas venir vers eux, terrorisés en songeant à ce qui pourrait leur advenir. Elle les fixa à travers l’obscurité, interdite et compatissante, faisant glisser son attention vers le cinquième d’entre eux se tenant un peu plus loin. Elle ferma alors les yeux, laissant échapper un léger soupire, remuant ensuite les lèvres en silence, récitant une incantation ayant pour résultat immédiat de leur faire perdre conscience. Leur mémoire à court terme serait également altérée, la protégeant moins qu’eux d’un traumatisme supplémentaire. Ils en avaient sans nul doute déjà bien assez eut…  

La jeune femme se redressa ensuite, victime de la même fatigue que celle saisissant le corps après un repas trop copieux, sentant son organisme tout entier retourner à son état ‘normal’. Mais au fond, quel était l’état qu’elle pouvait qualifier de normal à présent ? Une certaine lassitude commença à l’étreindre alors qu’elle balayait le silencieux et morbide tableau s’étendant à ses pieds. Tout était fini à présent. Elle devait absolument partir…. Laisser jute assez de traces pour que l’on puisse rapidement trouver cet endroit et sortir de là ces enfants et disparaitre une nouvelle fois dans la foule londonienne, anonyme… Jusqu’à la prochaine fois…

Elle fit quelques pas vers la sortie quand quelque chose l’interpella, la faisant se figer au milieu des restes de son funeste festin. Avant qu’elle ait eut le temps de faire le moindre geste, la porte close de la crypte s’ouvrit brutalement, faisant pénétrer dans ce tombeau improvisé un flot de lumière plus que gênante venant lui mordre les chevilles, les laissant encore dans la pénombre. Dans l’encadrement de pierres, deux silhouettes à contre jour se détachaient, l’une bien plus grande que l’autre, plongeant la meurtrière dans une profonde perplexité. Précédant toute décision de sa part quant à l’attitude à adopter afin de se tirer de ce mauvais pas, une voix d’adolescent s’éleva, implacable, lui montrant l’étendue de l’inconfort de sa situation…

« Au nom de la Reine d’Angleterre, ne faites plus un geste… A moins que vous ne vouliez périr dans l’instant… »   

             

Commentaire de l'auteur voici le chapitre 2! merci de vos lectures et de vos commentaires, ça me fait super plaisir :)
j'espère que ce chapitre vous plaira! n'hésitez à pas à laisser vos impressions ^^
à très vite pour la suite ;)
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales