Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte.Accueil | FANFICTIONS | FORUM | Votre Compte | Reportages | Tous les Sujets

Sommaire

Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Divers


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Publicité


Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Changement important dans les inscriptions !
 par   - 352 lectures  - Aucun commentaire

J'ai changé le contrôle des adresse mail que vous donnez lors de l'inscription.
Celui-ci est maintenant durci car j'en vois trop qui sont rejetées par l'hébergeur ou qui ont une erreur lors de la saisie (genre homtail.com au lieu de hotmail.com).

Donc, maintenant, vous risquez de voir votre adresse invalidée parce qu'elle est inaccessible. Veuillez donc vérifier que l'adresse mail que vous fournissez est valide, qu'elle n'est pas bloquées parce que vous ne l'avez pas consulté depuis longtemps, qu'elle n'a pas été archivée, que le serveur n'est pas en rade, etc.

Merci.

P. S. : Comme toujours, si vous voyez des trucs bizarres n'hésitez pas à me contacter.

Concours Elenya : nouvelles steampunk
 par   - 970 lectures  - Aucun commentaire

Ce concours se fait en partenariat avec l'émission Rêves et Cris (Nolife TV) et le Salon Fantastique.
Il est parrainé par Fabien Clavel, écrivain de fantasy qui fera partie du jury.
Il est ouvert du 1er mars au 31 mai 2014.
Les textes lauréats seont publiés à compte d'auteur dans la prochaine édition de l'anthologie officielle du Salon Fantastique.

Le thème du salon étant "STEAMPUNK" c'est donc aussi celui du concours de nouvelles à chute.
Donc, laissez-vous aller et écrivez du steampunk !

Page du concours

Surtout, lisez bien le règlement si vous ne voulez pas voir votre texte refusé...

 

Une table périodique... pour l'écrivain !
 par   - 2208 lectures  - 6 commentaires [11 mars 2014 à 20:27:49]

James Harris a publié une table périodique de l'écrivain (en fait il s'agit de la seconde édition).
Bon, c'est anglais, mais pour les anglophones c'est très intéressant.

The Periodic Table of Storytelling

Présentée comme la table périodique des éléments, elle propose diverses pistes narratives en décrivant leurs éléments constitutifs. De quoi bien aider l'écrivain en recherche de trame.

 


Voir les Blogs | Liste des blogs par auteur

Aure-chan

Comment décrire un accident de voiture ?

Bloggé le 03-11-2011 21:01 avec 8495 Vues

 Ave !

J'aimerais avoir de l'aide concernant la description d'un accident de voiture. Mais avant toute chose, voici le contexte :

=> On est en hiver, et il a neigé. L'accident va se dérouler du point de vue de la conductrice du véhicule.

Décrire ce genre de scène me semble très compliqué et je préfère demander de l'aide à la place de faire une description totalement "foireuse".

En espérant que vous pourrez m'aider. Merci d'avance, Aure-chan.

 


>>> Signaler ce Blog <<<



Signaler

Un accident de voiture ... Beaucoup de facteurs peuvent influencer la scène : la présence ou non de passagers dans la voiture (voir leur importance aux yeux du conducteur, si c'est la belle-mère détestée ça fera moins d'effets) , le résultat de l'accident (nombre de personnes blessées et tuées) , la manière dont se produit l'accident, le lieu, ... 

Je ne suis pas une spécialiste des traumatismes mais en subir un c'est loin d'être agréable et facilement descriptible. J'ai déjà eut une brève secousse petite dans une voiture car une voiture a percutté l'arrière de la notre et à cassé un phare (on était à un parking, on ne roulait pas rapidement mais le choc m'a fait bondir sur mon siège) Je m'étais sentie après comme ... vide. Bon, je n'en aurais pas finis morte, mais j'y pensais fortement puisque j'étais jeune. Faire un accident, c'est s'attendre à tout moment à mourir. On est dans un état d'esprit confus, on n'agit plus que par réfléxe, on ne peut penser à rien qu'autre que la survie de ses proches (s'il y en a dans la voiture, sinon la sienne)

Mais lors de l'accident, on peut faire un tonneau sur une grande pente après avoir quitté la route qu'on traversait tranquillement avant de voir surgir une voiture qui fonce droit sur nous. Ou encore, se faire percutter de plein fouet par un gros camion qui a déraper sur la neige et qui bloque le passage à seulement deux mètres devant nous. Mais dans tout les cas, au moment présent, on reste choqué. Un proche ayant vécut un accident m'a dit qu'il a eut un traumatisme tellement puissant qu'il en a oublié le moment de l'accident après avoir percutté le siège avant du front (il était à l'arrière) . Une personne m'a dit qu'elle a été sourde pendant un moment et à moitié aveugle, mais le temps qu'elle se réveille ses sens redevinrent normaux mais elle était devenue comme endormie. Dans le plus souvent des cas que je connais, lors d'un accident de voiture on s'évanouhit (avec les tonneaux, c'est aussi possible mais j'ai déjà entendus parlé de personnes qui sont restées conscientes jusqu'à que le véhicule s'arrête) Donc le fait qu'on soit conscient ou non est important.

Mais lors de l'accident, bien sûr, on se fiche de savoir si la voiture volée à papa est cassée ou si nos cheveux sont en pagaille car on peut mourir ! C'est la peur qui ronge les intestins ! Certaines personnes ne se remettent pas de ce genre de choc et se retrouvent dans l'impossibilité de conduire (voir d'être dans une voiture / dans un véhicule ou encore de marcher dans la rue celon le traumatisme) Ca dépend du traumatisme, de la façon dont la personne évoluera après l'accident et de son moral. Une personne sensible sera plus choquée qu'une personne qui l'est moins. (Je ne sais pas si les fans d'adrénaline ont des chances de trouver l'expérience moins choquante)

Je vais un peu dans le domaine "Réactions des victimes de l'accident" mais c'est très important. On se soucie des proches présents sur les lieux, on se soucie de votre état de santé, parfois on ne regarde plus le monde de la même façon, on réagit tous à sa manière mais après tu as dus peut-être déjà envisager les scènes après l'acte.

Mais lors de l'accident ... On est scotché à sa place, on ne peut plus bouger, on est paralyser à son volant si on est le conducteur, là aussi les réactions sont différentes mais à coup sûr on est choqué. Je connais cette impression de peur lorsque c'est mon cas (acrobranche) mais ça doit surement être encore plus intense pour les victimes. On ne va pas aller à éxagérer la situation, mais c'est très troublant à surmonter comme épreuve. Quand on passe aussi près de la mort ... Mais on a déjà vus dans les émissions comme "Les 30 histoires les plus incoryables" où des gens voient une voiture sortir d'un mur pour s'écraser deux pas à côté d'eux et arriver tout de même à en parler à la télé, ce qui relève du courage. La peur n'est pas facile à décrire celon les réactions, je me répète mais je donne des exemples et quelques idées pour que tu vois mon avis. Après, je parle ici de gros accidents. Sincèrement, je n'en ai pas connus des petits (là, faut juste faire un constat amiable et se défouler une foi chez soi sur n'importe quoi pour se calmer en attendant des dédomagements. Si c'est nous qui avons fait l'accident, faudra juste se serrer la ceinture pour rembourser les dégats)

Mais l'accident, est-il de la faute de la conductrice ? Elle rentre dans une voiture ? Une voiture rentre dans la sienne ? la scène se passe dans un endroit désert, donc elle est la seule responsable ? Ou alors c'est un animal (voir un fantôme) qui apparait sur la route et l'oblige à rentrer dans un arbre ? C'est complexe, mais pour moi il y a plusieurs cas de figures. Mais celon l'intensité de l'accident, on réagit plus ou moins bien et on surmonte plus ou moins facilement l'épreuve. Je me suis basée sur les gros accidents mais si tu ne pensais pas à eux faut pas tourner une simple percussion entre deux voitures à un drame.

Je n'ai pas encore écrit d'histoires à ce sujet, je n'ai jamais vécus un accident de voiture (pour celui connu petit, ça compte pas vraiment mais ça reste choquant si on a même pas 8 ans lors de l'impact) et vaut mieux savoir la manière dont on réagirait à la place d'une victime de la route car faut pas prendre les cas à la légère car certains entrainnent une mort assurée ! (J'espère au moins que ta conductrice est sobre, non-droguée et en possession d'un permis; sinon ça change tout) Alors j'ai donné mes idées, qui peuvent t'inspirer ou non mais je ne peux garantir mes propos en disant "C'est du déjà vécus, donc tout le monde à connus ces réactions après un accident !" Au moins, j'aurais témoigné et donné des idées.


Signaler

Je ne sais pas si ça te sera très utile, mais ma maamn a eu un accident de voiture à l^'age de 19 ans. Elle était passagère derreière, la voiture de sa famille a été heurtée à pleine vitesse par un type qui roulait en pleine gauche.
Elle et sa famille (ses parents et grands-parents) ont survécu par miracle (elles étaient solide les Simca) malgré plusieurs tonneaux et une fuite du résevoir qui se n'est pas enflammée.

Quand elle évoque cette histoire, ma maman parle toujours de la même chose, le bruit. Parfois, la nuit, elle croit entendre le fracas des tôles, il paraît que c'est atroce, en particulier en cas de tonneaux.
A l'entendre, on avait l'impression qu'elle se sentait boryée avec la voiture.

D'ailleurs, je ne sais pas si ça te sera utile. Elle a toujours dit que si elle n'était pas remonté dans une voiture quelques jours après, elle ne l'aurait jamais fait car ce bruit ne la quitte pas dès qu'elle conduit...

Bref, je pense qu'il faut insister sur ce que ressent la personne, le choc, les bruits, et les secousses. Un accident en soit dure peu de teps, mais sur ce bref instant, les victimes vivent énormément de choses.
Et après, souvent il y a une sorte de silence de mort, un moment où on se demande si c'est bon, si c'est fini, si on est bien vivant...

Bon courage pour ta description !


Signaler

C'est rapide, tu ne le vois pas venir. Tu gèle de terreur en quelques secondes - Et dépendant de la personne, tu hurles en le voyant venir. -

J'étais passager lors d'un accident de voiture il y a quelques années, sur le périphérique de Paris. J'ai eu de la chance, plus de peur que de mal. Il peut se passer beaucoup de choses qui fait que tu as un accident de voiture. Moi j'ai pas arrêté de vomir pendant cinq minute et j'ai pas marché droit de la journée.

Si tu es ivre comme un porc (lol) tu vas forcément te planter à un moment, et là de toute façon t'es pas vraiment lucide et tu te rend généralement pas compte que tu es mort. Soit c'est dû à ta voiture, pas révisée, un truc déconne, ça part en couille et en quelques seconde tu es dans le décor, soit c'est dû à l'environnement... Ce qui est plutôt ton cas.

En hiver ? Route givrée, les pneus glissent sur la glace, la voiture bascule lorsque tu essais de freiner, tu fais quelques tonneaux. Ensuite, la conductrice, les réactions restent les tiennent. Comment réagis-tu en moment de panique/terreur ?

PS : Jenck a décrit parfaitement la chose du point de vue d'un conducteur : le choc. Mon beau père lui m'a raconté qu'il y a longtemps, il a perdu le contrôle de sa voiture alors qu'il était en montagne avec des amis. Sa voiture est tombé dans un lac à quelques mètres en contre bas, et il a repris pleine possession de ses moyens qu'une fois la voiture immergée.


Signaler

Ce n'est pas un accident, mais ça a bien failli en devenir un.

 

On roulait sur une route très enneigée. Sur la droite, il y avait un genre de ravin et de l'autre un fossé plutôt profond. Alors mon homme se concentrait sur la route et les roues arrière de la voiture ont bloqué. On a dérapé, puis fait des cercles et j'ai vu un camion arrivé. Je me souviens que je n'entendais plus rien, j'étais paralysée. Tout ce que je voyais était les phares du camion qui fonçait sur nous. J'ai eu un moment d'absence... je ne me souviens pas de comment on a fait pour éviter le camion ni le fossé ni le "ravin"... je me rappelle juste que la première chose que j'ai entendu, ce sont les essuies-glace qui allaient vraiment vite, puis ça été la musique et ensuite la voix de mon copain.


Signaler

Comme précédemment cités, la fois poù j'ai eu un "léger" accident, j'ai eu aussi un moment d'absence. Je m'avance peut être mais ça semble être souvent le cas quand on est côté passager, du fait qu'on ne peut rien contrôler. C'est assez difficile à expliquer.

Par contre, je sais que, en tant que conductrice (certainement mauvaise puisque j'ai une conduite assez "sport"),   souvent, j'ai comme des images où je me vois en train de foncer dans le fossé. C'est assez flippant. J'ignore si c'est la voix de la raison mais je lève le pied immédiatement.

Je sais pas si ça peut t'aider. ^^"


Signaler

Je ne sais pas si ça peut t'aider, mais il y a une dizaine d'années (quand j'avais cinq ou six ans, donc.), mon père conduisait en étant à moitié bourré et il y avait de le glace sur la route.

Alors évidemment : Conducteur bourré + route enneigée = Accident.

On a pas mal dérapé, par finalement venir s'encaster dans un arbre, tout près de l'endroit où je me situais.

Je me souviens que, sur l'instant, j'étais morte de trouille. Pas le genre de peur que tu as devant un chien particulièrement dangereux, mais le genre de peur qui "te broie les entrailles" comme dirait l'une de mes amies, où tu es paralysé(e) parce que tu sais que tu peux mourir, et que, si tu ne fais rien, tu vas mourir.

Je me suis prise les éclats de verre en plein dans la troche, mais à part ça, je m'en suis bien sortie. Mais mon amie, qui a deux ans de plus que moi, s'est tout prit en plein dans la gueule, et, croyez-moi, c'était pas beau à voir.

Je pense que, plutôt que décrire "matériellement" l'action, du devrais plutôt te concentrer sur les sensations de ta personnage. Après l'accident, j'ai réalisé que ce que je croyais être un vacarme assourdissant n'était en rien d'autre que le bruit du moteur, plutôt silencieux au passage. Généralement, je pense que, dans ce genre de situation, on est pas très rationnels, et que tu peux sortir sans problème quelque chose du genre :" Ses mains devenues moites se crispèrent sur le volent, et ses yeux, démensurément écarquillés, s'illuminèrent brillèvement lorsque son regard fut frappé par les phares de la voiture arrivant en contre-sens, les pneus crissant, les freins hurlant, le tout dans un vacarme épouvantable." Voilà, après je ne suis pas très douée pour l'écriture, alors je ne vais pas t'écrire la scène non plus. ^^'

Bonne chance !


Signaler

Je ne sais pas si ça peut t'aider (comme tout le monde le dit ^^') mais quand j'avais 6 ans, j'ai eu un gros accident de voiture.

On roulait sur l'autoroute vraiment très vite, (je ne m'en souvient pas trop c'est très flou) et puis mon père à crier un truc et j'ai juste eu le temp de voir un camion arrivé sur nous. La voiture a valdingué et a fait un tonneau. Cela m'as cassé les deux bras. Mais après j'étais un peu vide. Je réagissais plus quand on me parlait et tout et tout. A 6 ans je pensais pas que ça allait m'arriver et tout et voila.


Signaler

Comme il y a beaucoup de témoignage côté passager, autant en faire un côté conducteur. J'espère que cela t'aidera puisque tu veux faire avec ce point de vue là.

Donc, c'était sur une route de montagne que je connaissais par coeur. Ciel dégagé, pas de souci, même pas de verglas puisque j'étais parti tard justement pour éviter. J'allais travailler tranquille puisque je n'avais pas d'horaire pour éviter les accidents.

J'avais une camionette qui allait à 30 à l'heure devant moi depuis un bon moment, j'avais failli lui rentrer plusieurs fois dedans parce qu'elle roulait vraiment mal. J'aurais dû me méfier, pas de voyant pour les freins. Je connaissais assez la route pour savoir quand dépasser. Donc, je dépasse quand c'est dégagé. Evidemment, c'est une route sinueuse de montagne avec ravin associé mais pour les gens du coin, c'est le bon moment pour y aller quand il n'y a personne en face et que la voiture qui vous gêne a le même numéro de département que le vôtre. Et il n'allait pas vite du tout. Il ne faut pas avoir ce genre de raisonnement mais quand on est jeune conducteur, on l'a malheureusement. 

La camionnette coupe très largement le léger virage au moment où je dépasse alors qu'elle n'avait rien coupé jusque là. Oh, bout de camionette sur le côté ! Pédale de frein et klaxon, rétro pêté, barrière qui crisse sur le côté avec ravin, retrait des deux voitures avant le drame, on se range sur le bas côté à peu près dans cet ordre. Et j'ai soufflé d'avoir évité la catastrophe. Et bizarrement, je suis sortie direct de la voiture pour demander des explications. Et c'est l'autre qui a eu plus la trouille que moi en fait. (En plus, pas d'assurance, sûrement pas de permis, et pas de la région...). Alors, j'ai soufflé un bon coup, j'ai pris le numéro de téléphone. Et je suis partie devant sans lui péter son rétro à lui, même si ça me démangeait méchamment.

Donc, je me calme deux minutes et je reprends le volant pour arriver à destination. ça peut paraître très mauvais comme réaction, mais si on est proche du lieu où l'on se rend, c'est mieux parce que l'adrénaline lâche la personne au bout d'une demi-heure environ (ou plus). En vingt minutes de trajet, c'était bon. Voilà, après tout dépends de ses réactions personnelles. Il vaut mieux prévenir quelqu'un de venir vous chercher, c'est le mieux... Mais là, personne de disponible. Et il était impensable de rester plus longtemps sur la voie, c'était beaucoup trop dangereux. 

Alors, côté conducteur en étant seule dans la voiture, j'ai euun coup de speed au coeur avec adrénaline. Et en fait, tout dépends des réflexes que l'on a, à ce moment-là. Un peu comme un instinct de survie qui te prends au tripe, et tu es énormément lucide quand tu as un minimum de contrôle sur la situation. C'est réflexe, tu ne penses pas du tout.

L'adrénaline te berce pendant un bout de temps jusqu'à ce que tout lâche d'un coup. Mon collègue m'a fait parler, faire d'ample respirations et une petite marche puis on a planifié une journée avec les tâches les plus agréables. En fait, c'est après coup qu'on a le choc parce qu'on ne réalise pas desuite et qu'on est dans l'action en elle-même. J'ai sauvé ma peau mais alors j'avais les jambes qui tremblaient quand la tension m'a lâché.

Après, c'est ma façon de réagir personnellement. Et je ne suis pas fan de ce genre de sensations. Maintenant, j'ai parfois le vertige parce que j'ai vu le bord du ravin de très, très près (il était côté conducteur en plus, et c'était le ravin à pic immense d'où tu es sûr de ne pas en resortir vivant si tu y mets une seule roue dedans). Et je ne double plus les touristes et les voitures louches. Ah, ça, plus jamais ! Je sais que c'était aussi de ma faute et de mon inexpérience. J'aurais pu attendre que nos routes se séparent même s'il m'énervait. C'est parfois deux mauvaises décisions qui causent un accident. 

Je ne retiens pas le bruit mais les images en fait de ce qu'il s'est passé même si elles sont assez floues. Je faisais souvent le trajet alors je devais avoir les oreilles un peu bouchées.

C'est le seul accident que j'ai eu, j'espère que ce sera le seul. Donc, roulez prudemment.




© Fanfic Fr 2003 - 2014 / Mentions légales