La Bretagne et la seconde porte

par nviek37

Chapitre 32: La Bretagne et la seconde porte.



Le second groupe d'aventurier, composé d'Hexie, Nerma, Rézia, Hans, et Celdan débarque en Bretagne au port le plus proche de leur objectif. Ils se dirigèrent ensuite vers le phare, dont leur avaient parlées Télia et Lirinah, afin de le fouiller de nouveau puisqu'il avait été la source des attaques des homme-lézards. Pourtant, bien que Lirinah et Télia avaient déjà vidé les lieux, elles n'avaient pas entièrement explorées les lieux, ce qui signifiait que le phare faisait donc un bon point de départ pour enquêter. Si ce principe fut vite assimilé par Celdan et Hexie, les trois autres membres du groupe restèrent longtemps sceptiques concernant cette idée, ce qui ralenti leur arrivé au phare. Mais le détail qui dérangea le plus quatre des cinq membres de l'équipe fut l'arme du cinquième membre en question: Hans



Cela faisait depuis leur départ de Rome que ce détail avait piqué leur curiosité, mais ils n'avaient pas cherchés à en savoir plus pour autant, ne sachant pas comment poser la question à l'intéressé. Pourtant, ce détail ne pouvait pas être ignoré, puisque tant visible: Hans portait une épée presque aussi grande et large que lui, à la place de la hache qu'il avait pendant le tournoi. Celle-ci mesurait un mètre et demi de long, dont un mètre de long rien que pour la lame, et cinquante centimètre de large de lame sauf sur la pointe plus fine. Une arme redoutable entre les mains du colosse, s'il savait la manier mais afin d'être fixé, les autres membres du groupe devait attendre de voir Hans à l’œuvre. C'est Nerma qui la première évoqua le sujet, en demandant la raison de ce changement d'arme, ce à quoi Hans avoua que cette épée était son arme habituelle: il n'avait utilisé la hache durant le tournoi que pour s'infliger un handicap et se lancer un défi de plus.



Lorsque le groupe descendit par le passage secret qui leur avait été indiqué, il se retrouva très vite confronté à des homme-lézards qui avaient réoccupés les lieux. Lors de la confrontation avec le premier groupe d'homme-lézards qu'ils rencontrèrent, les aventuriers purent alors être témoins des capacités d'Hans avec son épée. Le combat ne traîna pas car Hans trancha en deux la première ligne du groupe d'ennemies d'un seul, mais puissant coup horizontal, découpant cinq homme-lézards en deux au niveau de la taille. Les quatre autres aventuriers écrasèrent les six homme-lézards restant, sans difficulté car ceux malgré le fait d'être des monstres, étaient restés pétrifié de peur suite au coup d'épée de Hans sur leurs congénères. Lorsqu'ils arrivèrent à la fin du premier couloir, le groupe fut surprit, car ils avaient rencontrés trois groupes d'homme-lézards rien que dans le couloir, ce qui n'aurait pas du se produire, puisqu'ils étaient censés avoir été tous vaincus par Télia et Lirinah.



Comme le pensait Celdan, la présence d'autant d'homme-lézards, ayant réoccupé les lieux indiquait qu'ils avaient quelque chose à y défendre, et confirmait l'hypothèse de la présence d'une des trois portes sur place. En se basant sur les informations récupérées dans le rapport que leur avaient fait Télia et Lirinah, le groupe choisi de cibler la salle de commandement, car c'était là bas que s'était regroupé l'élite de homme-lézards la première fois, ce qui signifiait pour les aventuriers que quelque chose d'important devait s'y trouver. Si les homme-lézards étaient présent en grand nombre, leur capacité de réflexion était très limitée car ils reproduisaient les mêmes embuscades, avec les mêmes effectifs, que lors du passage de Télia et Lirinah. Du coup, les cinq aventuriers se retrouvèrent eux aussi encerclés dans la salle commune, mais étaient plus nombreux et mieux organisés. Hans passa en force dans les rangs des homme-lézards qui bloquaient l'accès au couloir qui menait à la salle de commandement, rapidement suivit par le reste du groupe qui s'engagea à son tour dans le couloir.



Ils furent à nouveau prit entre deux fronts dans le couloir, car des homme-lézards les y attendaient aussi. Cependant, les aventuriers avaient obtenus ce qu'ils voulaient, car une fois engagés dans ce couloir, l'espace étant plus restreint annulait ainsi l'avantage du nombre qu'avaient les homme-lézards. Un nouveau combat s'engagea alors avec Hans et Celdan retenant les homme-lézards arrivant de la salle commune, et Rézia, Hexie, et Nerma ouvrant la voie en direction de la salle de commandement. À l'arrière garde, Hans jouait le rôle du bouclier en stoppant de son immense épée les attaques ennemies, tandis que Celdan transperçait de sa lance les homme-lézards les uns après les autres. De leur côté, ce fut Hexie qui fit office de première ligne avec sa lance et son bouclier, pendant que Rézia et Nerma enfonçaient les rangs des homme-lézards en tranchant rapidement leurs cibles occupées par Hexie.



Suite à une demi-heure de combats acharnés, les aventuriers finirent par avoir raison de tout leur adversaire, mais en ressortir avec une forte fatigue et quelques coupures. Mais quand ils entrèrent dans la salle de commandement, celle-ci était étrangement vide, ce qui fit supposer au groupe d'aventurier deux hypothèses: soit les homme-lézards les attendaient derrière un passage secret, soit ils avaient quittés la salle pour tenter de les repousser dans le couloir. Dans tout les cas, l'absence d'ennemies dans la salle de commandement laissa du temps aux aventuriers pour se reposer et récupérer de leurs combats précédant. Puis, une fois reposés, puisque aucun élément n’indiquait la présence d'une porte dans la salle elle même, ils cherchèrent alors un passage secret potentiel, toujours persuadés que la porte se trouvait en ces lieux. Cependant, au bout de deux heures de recherche intensives, ils n'avaient toujours rien trouvés. La seule chose présente dans la salle était l'imposant siège du commandant homme-lézard, vaincu par Télia et Lirinah plusieurs mois plus tôt. Mais à la grande surprise de tous, Hans perdit patience et se défoula en pulvérisant le siège de colère. En détruisant le siège de bois, Hans révéla alors sans le faire exprès l'entrée d'un escalier qui descendait sous la salle de commandement.



Quand Rézia, Hexie et Celdan arrivèrent en bas de l'escalier, ils constatèrent qu'Hans et Nerma avaient déjà engagés un combat contre un groupe d'homme-lézards, sans attendre leurs équipiers. Tout deux donnaient tellement l'impression de s'amuser avec les homme-lézards, que les trois autres membres du groupe n'osèrent même pas rejoindre le combat. Hans et Nerma ayant écrasé tout les homme-lézards sur place, le groupe pu avancer dans une galerie éclairée de boules de lumières bleues, qui révélèrent aux aventuriers d'immenses toiles d'araignées s'étendant sur toute la longueur de la galerie. Alors que le passage semblait bloqué par les toiles, et de grosse araignées d'un mètre de haut qui les attendaient dans le couloir, un phénomènes étrange se produisit alors. Les aventuriers plongèrent au sol pour éviter une énorme boule de feu, qui prit la forme d'un immense cheval de feu qui traversa alors la galerie, brûlant sur son passage toute les toiles et les araignées qui s'y trouvaient. Celdan y vit alors un soutien inattendu des dieux, ou plutôt d'une déesse bien connue chez les gaulois et les bretons: Épona , déesse celte des chevaux.



Une fois la voie dégagée, il ne resta plus qu'aux aventuriers qu'à traverser la galerie, pour arriver dans une caverne, où ils trouvèrent enfin la porte qu'ils cherchaient, mais celle-ci était gardée par une gigantesque araignée de quatre mètre de haut. Bien que les aventuriers ne pouvaient pas le savoir, la porte était identique à celle qui se trouvait en Égypte. Bien qu'un adversaire aussi massif et dangereux aurait nécessité un plan d'action réfléchi, le manque manifeste de patience dont faisaient preuve Hans et Nerma annula toute possibilité d'en établir un: tout deux fonçaient déjà sans réfléchir sur l'immense araignée. Hexie, Celdan, et Rézia furent alors obligés de se lancer également dans la bataille, afin de soutenir leurs deux équipiers. Tandis que les aventuriers arrivaient de face sur l'araignée, celle-ci cracha un filet de soie sur les aventuriers, qui plongèrent chacun sur la gauche ou la droite pour esquiver. L'araignée se déplaçait rapidement malgré sa masse imposante, ce qui força les aventuriers à garder un maximum de distance, afin d'éviter les projections de soie, et le redoutable de dard de l'araignée.



C'est alors qu'Hexie, sans prévenir, lança sa lance dans un lancé en cloche de toute ses forces. La lance prit de la hauteur avant de redescendre en piquet et de se planté dans le dos de l'araignée, qui fut prit de spasme sur le coup de la douleur. Cependant, les spasmes ne furent que de courte durée, car l'araignée fléchie ses huit pattes, puis bondit sur les aventuriers pour tenter de leur planter son dard. Les aventuriers esquivèrent de justesse, surpris par ce bond car ils n'auraient jamais pensés voir une araignée faire une telle chose. Dès qu'ils eurent esquivés, les aventuriers s'écartèrent rapidement de l'araignée qui enchaînée les coups de dard. Celle-ci saisie alors l'occasion, que les aventuriers aient commis l'erreur de se regroupés à distance face à elle, pour leur lancer à nouveau un filet de soie, qui les immobilisèrent. L'araignée en profita alors pour leur foncer dessus, mais Hans avec la force brute dont il disposait, se dégagea à temps pour surprendre l'araignée et lui trancher les mandibules d'une violente frappe horizontale. Nerma, qui se dégagea à son tour, sauta sans prévenir pour atterrir les deux pieds sur les épaules d'Hans, puis y prit son élan pour bondir de nouveau pour enfin retomber en piquet droit sur l'araignée, la lance en première qui alla se planter dans la tête de l'araignée, qui s’effondra alors morte sur le coup.



L'araignée morte, l'ambiance aurait du être à la joie mais Hans, n'ayant pas apprécié que Nerma se serve de lui comme appuis, se mit alors en garde l'épée pointé en direction de Nerma, qui répondit immédiatement en se mettant en position de combat face à Hans. Les trois autres membres de l'équipe se placèrent entre eux afin d'éviter le conflit:



Mais Hans ne répondit pas, il avait aperçu une voûte très abîmée par le temps, qui semblait prête à s'effondrer en bloquant la porte sous un amas de roche. Il frappa donc la voûte de toute ses forces, en réponse à la question de Rézia, mais une fois de plus il n'avait pas réfléchi et venait de commettre une terrible erreur. En effet, il avait oublié qu'ils étaient descendus sous un phare, qui par logique se trouvait près d'une côte maritime. Hors le réseau de salles et de galeries qu'ils avaient empruntés les avaient conduits sous la mer, et ainsi quand Hans pulvérisa la voûte il provoqua une fuite d'eau dans la galerie, qui s’agrandit alors très rapidement sous la pression exercée par l'eau. La galerie commença alors à s’inonder rapidement, menaçant de noyer le groupe d'aventuriers, qui s'était déjà retrouvé avec de l'eau jusqu'à la taille. Ils avaient énormément de peine à avancer en direction de l'escalier, et furent obligés de tenter de l'atteindre à la nage, lorsque le niveau de l'eau ne permit plus à leurs pieds de toucher le sol.



Alors que la caverne fût presque entièrement inondée, les cinq aventuriers réussirent tout de même à atteindre l'escalier, mais avec beaucoup de peine. Ils remontèrent ensuite dans la salle de commandement, puis foncèrent à toute vitesse à travers le réseau de galerie et les salles, qui commencèrent à être inondées à leur tour. Ils finirent par remonter l'escalier qui leur permis de ressortir par le phare, trempés et épuisés, mais en vie. Bien que leur mission fût accomplie, une forte tension régna au seins du groupe. Celdan s'emporta alors contre Hans, et lui hurla dessus sans la moindre hésitation malgré la carrure dissuasive du colosse:



Ainsi, avec la porte de Bretagne condamnée, une deuxième étape vers la victoire venait d'être franchie. Avec deux portes sur trois de condamnées, le groupe d'aventuriers reprit le chemin de la Gaule, afin de se rendre à l'auberge que leur avait indiqué l'autre groupe. Une fois les onze aventuriers regroupés, ils ne leur resteraient alors plus qu'à trouver la dernière porte, et la condamner également.