Fiançailles et enlèvement.

par nviek37

Chapitre 2: Fiançailles et enlèvement.



Plusieurs mois s'étaient écoulés depuis que Lirinah avait rencontrée Kendraff au cours de son escapade. Depuis qu'elle était rentrée chez elle, elle avait apprit la raison du déplacement de ses parents dans ce village. Ils étaient allés voir Arkar, afin de lui passer commande de plusieurs lots d'équipement pour la garde du palais, ainsi que pour leur garde personnelle. Déjà, au moment de ce déplacement, des groupes de brigands et de pillards sévissaient dans la région. Le seigneur de l'Ouest avait donc décidé de renforcer la sécurité de son palais, et un nouveau voyage était prévu pour récupérer la commande passée.



Lirinah avait onze ans à présent, et elle se réjouissait de ce déplacement bien plus qu'elle ne voulait l'admettre. Elle n'avait pas oubliée sa rencontre avec Kendraff, et elle se demandait si elle aurait l'occasion de le revoir là-bas. Et puis, elle se demandait aussi s'il se souvenait encore d'elle, et de leur rencontre. Son âme d'aventurière prit à nouveau le dessus: elle comptait bien répondre aux questions qu'elle se posait grâce à ce déplacement, même si pour cela elle devait chercher Kendraff dans tout le village, quitte à avoir de nouveau des problèmes avec ses parents. Et puis celui-ci l'ayant prise de haut, et l'ayant ouvertement provoqué, elle ne voulait pas le laisser s'en tirer ainsi. Elle fut sortie de ses pensées lorsqu'elle entendit frapper à la porte de sa chambre:

Lirinah se prépara rapidement, et sortie de sa chambre pour rejoindre sa mère, qui l'attendait dans le couloir en affichant un visage qui démontrait son impatience devant la lenteur de sa fille pour la rejoindre. Quand Lirinah l'eût rejointe, sa mère s'adressa à elle d'un ton sévère:

Lirinah savait qu'elle devait faire profil bas, si elle voulait faire partie du trajet, d'autant plus qu'elle avait eût beaucoup de mal, à convaincre ses parents de la laisser les accompagner. Ils n'avaient pas oubliés sa dernière escapade dans les bois, mais les dernières rumeurs qu'ils avaient entendus, concernant les brigands, les avaient incités à emmener leur fille avec eux, pour plus de sécurité car l'élite de la garde du palais serait avec eux, et sur place ils auraient la garantie d'être protégés par les meilleurs combattants du royaume. C'est ainsi que Lirinah partie avec ses parents en direction du village de Kendraff, avec une forte escorte et un convoie logistique qu'était la prix à payer à Arkar, pour le matériel que son clan avait forgé pour la garde du palais.



Le trajet fut court, puisque le village n'était qu'à une heure de marche du palais de l'Ouest. Ils ne rencontrèrent aucun soucis durant le trajet, et Lirinah n'avait même pas remarquée qu'ils étaient déjà arrivés au village: elle était de nouveau perdue dans ses pensées. Quand elle s'en rendit compte, elle commença à regarder tout autour d'elle, dans l'espoir d’apercevoir Kendraff. Cependant, elle ne le trouva pas: sans doute était t-il chez lui, pensa t-elle. Et si elle ne le trouvait pas là bas, elle savait très bien où il était susceptible d'être parti. Lorsqu'ils arrivèrent chez Arkar et furent accueillis à l’intérieur de sa demeure, Lirinah observa la grande salle de réception, mais n'y vue toujours pas Kendraff. En revanche, lorsqu'elle aperçue la mère de Kendraff, elle comprit de qui celui-ci tenait ses cheveux rouges. D'ailleurs, celle-ci semblait être la seule personne à avoir remarquée, que Lirinah cherchait une personne bien précise mais ne dit rien: mais elle eût tout de même un sourire amusé en observant Lirinah.



Pourtant, Lirinah ne tenait plus en place. Elle voulait toujours savoir si Kendraff se souvenait d'elle. De plus, elle n'en avait pas fini avec lui, et de leur discussion de la dernière fois, et voulait le retrouver car elle refusait de le laisser s'en tirer comme ça. Elle voulait aussi s'excuser de la situation délicate, dans laquelle elle l'avait mise, car elle n'avait pas encore eût l'occasion de le faire. Mais puisqu'il n'était pas là, comme elle l'avait prévue, elle devait donc partir à sa recherche pour le faire.



Cependant, un problème se présentait à elle: si elle savait aisément échapper à la vigilance de ses parents, elle aurait beaucoup de mal à échapper à celle d'Arkar, et de ses hommes, surtout si leur réputation n'était pas exagérée. Il lui fallait donc attendre une ouverture, afin de pouvoir disparaître discrètement de la pièce. Alors qu'elle cherchait un plan d'évasion, elle dût s'arrêter lorsqu'un groupe de personne entra dans la pièce. Quand elle vue leur emblème, elle su tout de suite de quel clan ils étaient, car celui-ci était aussi célèbre que celui de Kendraff. Ils étaient du clan des « enchanteurs de l'Ouest », le seul clan de magicien de tout le royaume, dont l'emblème était un corbeau dans un cercle de feu.



Ils étaient cinq, dont une jeune fille de quatorze ans, et un couple qui étaient sûrement ses parents. La jeune fille portait une robe rouge, des cheveux châtain et attachés, ainsi que des yeux verts semblables à des émeraudes. Les cinq personnes prirent place dans la salle, mais Lirinah remarqua que la jeune fille reçue l'ordre, de ses parents, d'aller s'asseoir à côté de Kilvar. Lirinah était intriguée par cette situation, se demandant ce qu'il pouvait bien se passer. Elle le su bien assez vite, quand le père de la jeune fille à la robe rouge prit la parole:

Cependant, Boldiv refusait de croire cette explication car malgré son rang, il avait toujours eût des réserves vis à vis de la notoriété et la puissance de ces deux clans, dont la famille royale sollicité bien plus les services et la sympathie, que celle du seigneur et de la dame de l'Ouest. La querelle sembla donc interminable en vue du refus de Boldiv d'entendre la raison des deux chefs de clan, monopolisant ainsi tout l'attention des personnes présentes dans la pièce. Lirinah y vue alors l'occasion qu'elle attendait: elle en profita pour quitter la pièce discrètement, surtout que ses parents étaient entièrement absorbé dans une sorte de paranoïa vis à vis de ce contrat de mariage. Lirinah explora toute la maison, sans trouver ce qu'elle cherchait. Il ne restait qu'un endroit, où elle pensait être sûre de le trouver: le bosquet où elle l'avait rencontrée. Lirinah se faufila discrètement par une fenêtre, et partie en directions des bois. Par chance, aucun membre du clan n'avait pu la voir, car ils était tous partis en patrouille à travers le pays: les seuls restant étaient occupés par la querelle qui venait d'éclater à l’intérieur de la maison.



Lirinah entra dans les bois à la recherche du bosquet, mais elle avait l'étrange impression d'avoir été suivie. Mais après tout, ce n'était qu'une impression se disait elle, et puis qui l'aurait suivi sans l'empêchée d'aller plus loin? Par prudence, elle s'assura tout de même de ne pas être suivie, ou de ne plus l'être si elle l'avait été. Une fois rassurée, elle reprit sa recherche du bosquet, et quand elle le trouva, celui-ci était désert. Lirinah repensa alors, à la première fois qu'elle était venue dans ces bois, et se rappela avoir prit un tout autre chemin, sur lequel se trouvai une petite clairière. Peut être était il allé là bas cette fois-ci, se disait elle.



Lirinah n'eût pas le temps d'allée vérifier son idée, car les environs n'étaient pas aussi désert qu'elle le pensait. Une bande de brigand semblait s'être réfugiée dans ce bosquet, et avait remarquée la présence de Lirinah. Elle n'eût pas le temps de s'enfuir, et fut attrapée par les brigands. Cette fois ci, son escapade ne se passa pas sans danger, pensa t-elle, et en vérité ses ennuis ne faisaient que commencer. Si ces brigands venaient à comprendre qui elle était, la suite des événements allaient vite prendre une dimension politique, et causer des problèmes à ses parents.

Les brigands voulurent l'attacher à un arbre, le temps de décider ce qu'ils allaient faire d'elle. Ne pouvant rien, Lirinah repensa à cette impression qu'elle avait eût plus tôt: c'était donc eux qui l'auraient suivit? Impossible se disait elle, car elle avait eût la sensation d'être suivie dès son entrée dans les bois. Dans ce cas là, si elle avait été suivie, par qui? Se demanda Lirinah. Peut être par des gens du village, dans ce cas tout n'était pas perdu se disait elle, tandis que des bruits se firent entendre près du bosquet.

Personne ne répondit, mais les bruits de pas se faisaient de plus en plus proches. Et puis soudain, un jeune garçon au cheveux rouge se jeta sur le brigand qui tentait d'attacher Lirinah à l'arbre, et lui mordit alors le bras avec lequel il tenait fermement la jeune fille. En réalité, si Kendraff n'était pas au fiançailles de son frère, c'est juste qu'il était en retard mais tandis qu'il se dirigeait vers sa maison, il avait alors aperçut Lirinah se diriger vers le bois et l'avait suivit. Lirinah eût donc sa réponse concernant sa sensation d'être suivit, en voyant Kendraff arriver aussi vite à son secours car cela ne pouvait pas être une coïncidence. Mais le brigand sur le quel s'était jeté Kendraff ne se senti pas du tout en danger pour la simple morsure d'un gamin, et repoussa le jeune garçon d'un simple geste du bras. Cependant, Kendraff ne se laissa pas abattre et sorti ses deux dague pour se lancer à nouveau à l'attaque de son adversaire, sous les éclats de rire moqueur de ses complices, réussissant par un plongeon désespéré vers l'avant à s'écraser de lui même au sol, mais planta par chance sa dague dans le pied du brigand.

Même si le jeune guerrier se défendait très bien, enfin bien pour un enfant de onze ans, leurs adversaires restaient clairement en surnombre, et le brigand qu'affrontait Kendraff perdit patience: il attrapa violemment le jeune garçon par le col de sa tunique et l’écrasa dos contre le sol. Les brigands éclatèrent de rires à nouveau, se moquant des efforts ratés du jeune garçon lorsque soudain, les rires s’évanouirent d'un seul coup. En effet, une flèche était sortie des bois, pour aller directement se loger dans la gorge de l'un des brigands. Ensuite, d'autres guerriers surgirent des arbres, menés par Arkar, et accompagnés des parent de Lirinah, ainsi que ceux d'Eldah. En les voyant arriver, les brigands paniquèrent encore plus:



Les quelques brigands qui survécurent, fuirent avec leur chef. Le combat fini, Lirinah était sauvée. Cependant, elle s'était à nouveau volatilisée sans prévenir ses parents, et elle savait très bien ce qui allait se passer.

Tout le monde regarda Eldah d'un air surprit, et Lirinah ne comprenait pas pourquoi elle avait dit cela.

Lirinah comprenait de moins en moins ce qui se passait car lorsqu'elle avait disparue, la situation entre son père et les chefs de clan était à la limite d'exploser.



Cependant, à peine la jeune fille ayant finie de s'expliquer qu'elle regretta d'en avoir trop dit car, suite à cela ce fut alors Kendraff qui fut prit à parti par Boldiv ce qui fit, qu'une fois de plus elle avait mit dans une situation délicate et embarrassante le jeune homme, qui cette fois ci avait même prit de gros risque pour essayer de la sauver. Cependant, ce fut Arkar qui se décida à questionner son fils, avant que Boldiv n'ai le temps de s'en prendre à lui injustement, comme il l'avait fait quelques mois plus tôt.

Devant la réponse de son père, Kendraff ne pu que garder le silence, et se mettre rougir de honte d'avoir agit de façon aussi stupide devant l'évidente solution évoquée par Arkar. Cependant, Arkar n'insista pas d'avantage, estimant que sans le comportement imprudent de Lirinah, son fils n'aurait pas eût à payer les conséquences de cette situation. Mais il lança un regard froid et dur à son fils car il avait, il y a quelques mois, averti le jeune garçon vis à vis du statu de Lirinah en lui recommandant de faire preuve de prudence, et de réflexion dans son comportement ainsi que de ses actes concernant la jeune princesse. Mais Boldiv lui ne semblait pas en avoir fini, avec les reproches qu'il souhaitait adresser à Kendraff et Lirinah, mais Hannah lui fit comprendre à lui et à son époux que le lieu n'était pas idéal pour poursuivre la discussion. Ils rentrèrent donc tous au village, afin de laisser la tension retomber et finir le sermon des deux jeunes gens dans un endroit plus calme, et plus approprié.