Une amitié à toute épreuve, le nouvel entraînement de la tigresse

par shichibi

III.            Une amitié à toute épreuve, le nouvel entraînement de la tigresse

 

-          Wassilia, je voudrais te présenter Shura et Angelo. Ce sont les deux nouveaux apprentis et je voudrais que tu leur face visiter le Sanctuaire pendant que je parle avec leurs futurs maîtres.

-          Bien votre Excellence. Vous venez, futur Chevalier d’Ors du Cancer et du Capricorne.

Nous partîmes alors vers les Temples et commencèrent l’interminable descente des marches, je hais ses satanes marches !! Les garçons me suivaient sans dire un mot, mais je sentais le regard d’Angelo, non Masque de mort sur moi, comme s’il n’avait jamais vu de fille avec un masque.

-          Pourquoi portes-tu un masque ?

-          Toutes les femmes Chevaliers ont un masque.

-          Pourquoi ? Me demanda Shura

-          Seul Athéna le sait.

On traversait le sixième Temple, lorsque je vis Saga venir vers nous. En me voyant, il réprima un soupir mélangé avec une grimace. Je ne pu que sourie sous mon masque en le voyant, car je faisais partis des rares personnes à ne pas les confondre lui et son frère.

-          S’lut Saga, je te présente Shura du Capricorne et Angelo du Cancer. Les gars, le type en face de vous est Saga des Gémeau.

Le dit Chevalier des Gémeau s’arrêta devant moi et me toisa, se qui me mit en rogne, moi qui suis haut comme trois pommes et demie ! Quoi !! Vivement que je grandisse pour lui botter le cul lors de sa prise de pouvoir ou son retour en tant que surplis d’Hadès…

-          Combien de fois je t’ai dis de ne pas me parler de la sorte.

-          Heu……beaucoup !!

Il allait me passer sur le coté droit, lorsque je lui bloquai la route de mon petit bras.

-          Laisse-moi passer, je dois aller voir le Pope.

-          Nan, quand on est poli on dit bonjour, de plus se sont tes futurs collègues alors tu pourrais être un peu aimable.

-          Pousse-toi gamine.

-          Comme tu veux rabat joie.

Puis je partis également suivis des deux autres que me fixaient maintenant bizarrement pour avoir osez malgré mon âge à un Chevalier d’Or. Pourtant la réflexion du crabe me fit sourire, car il trouva que j’avais du cran et qu’il aimait ça. Alors que Shura me sourit timidement en me disant que j’étais suicidaire mais que mon courage m’honorer…


Une semaine plus tard, j’étais seule en train de me promener dans le Sanctuaire, Kanon avait un entraînement avec son frère et j’avais donc la journée de libre. C’est alors que je m’arrêtai non loin du camp d’entraînement des apprentis. Je m’assis alors sur les escaliers non loin d’eux afin de mieux les voir de battre. Je ne pouvais être qu’impressionner par leurs mouvements, même si moi aussi je savais le faire à présent. C’est vrai que depuis que je vis dans ce monde, je suis plus heureuse que dans mon ancien monde. Car ici je me sens chez moi, non pas que je n’aimais pas ma famille, mais il n’y avait vraiment que ma sœur et mes rares amis qui me permettaient de ne pas peter un plomb. Ma mère se fiche de moi et ne veux plus me voir depuis le jour où je lui ai dis ses quatre vérité sur notre père et sa façon de vivre depuis son divorce. Et enfin mon père, je n’ai plus aucune nouvelle depuis son départ, comme si nous n’avions jamais existé dans sa vie. Pour finir, ma famille plus loin j’étais d’eux mieux je me porte…

Ma sœur, Audrey, son image venait de s’installer dans ma tête. Comment elle allait, je l’ai abandonné. C’est peu être mon seul regret, ma petite sœur. Je sentis alors des larmes coulaient sur mes joues. Je pris alors une grande respiration essayant de ne pas re-déprimer comme il y a trois jours. C’était Kanon qui m’avait consolé en plein milieu de la nuit alors que j’hurlai à ma sœur de revenir, un simple cauchemar il m’avait dis, pourtant il était bien réel pour moi. C’est aussi cette nuit là qu’il a vu mon visage alors que je collais à lui comme à une boue. Depuis je le considérer comme le grand frère que je n’ai jamais eu, un peu comme Shion qui est comme un père pour moi…

Je me levais et allai retourner au troisième Temple lorsque je vis trois garçons d’environ huit ou neuf ans devant moi. Ils me regardaient avec mépris et de haut, tout pour me plaire ses types, surtout celui du milieu qui ose me regardait de haut avec son sourire hypocrite.

-          Je ne savais pas qu’une fille apprentis avait le droit de venir ici. Dit celui de droite

-          Idiot, c’est la gamine qui vit avec le Chevalier des Gémeau, il paraîtrait que se serai l’élève de Kanon. Dit celui de gauche

-          Impossible cette mioche ne peut pas être leur apprentie, elle à l’air d’une crevette, de plus c’est une fille.

Gamine, mioche, crevette et fille faible !!! Là je sens que je vais exploser !!

-          Mais vous vous prenez pour qui pour me juger sans me connaître bande de crétins !!!

Je suis peut être haut comme trois pommes et demie avec la force d’un nain, mais je peux encore vous foutre une raclé !!! Je vais vous faire une prise d’art martial dont vous me dirait des nouvelles bandes d’abrutis !!!

-          Comment tu nous as traités !!

-          Comment oses-tu !!

-          On va te faire passer l’envi de nous parler de la sorte !

Les trois idiots commencèrent à s’avancer vers moi en faisant soit craquer leurs ors, soit en brandissant leurs poings. Moi, je me mis en position de combat, non pas celle que m’a appris Kanon, mais la mienne lors d’un duel d’art martial. C’est alors que je commençais à esquiver les coups sans pour autant les leurs rendre. Puis je sautai pour éviter le poing de l’un deux, je pris alors appuis sur son bras afin de lui décrocher un coup dans la mâchoire. Le type tomba au sol sonné par mon attaque, et un de KO. Ensuite je concentrai mon cosmos dans ma main et le frappa avec la pomme de la main au niveau de l’épaule droite, puis tout en prenant appuis sur lui, je l’envoyai voler plus loin. Maintenant que le deuxième était KO, j’allais m’occuper de l’autre lorsque je sentis le cosmos d’Aioros derrière moi et le type ne plus bouger.

-          Je ne savais pas que des apprentis étaient assez lâche pour s’en prendre à une fillette à trois contre un.

Je me retournai pour le fusillai du regard, sans qu’il ne le voit bien sur, fichu masque. Par contre, lui il souriait, comme si s’était normal que j’arrive à dégommer des types le double de mon âge. Je le vis alors venir vers moi et me prendre dans ses bras alors que je poussai une exclamation de surprise.

-          Je parlerai à vos maître de ceux que je viens de voir et toi je te ramène chez toi, Kanon est rentré.

-          Pourquoi tu ne m’as pas laissé lui foutre sa raclé !!!

-          Dis moi tu porte bien ton nom de tigresse !! Tu montre crocs et griffes dès qu’on t’énerve !!

Si tu savais, si tu savais que je ne peux plus supporter qu’on me traite de gamine alors que je suis une adulte. Même si j’ai une tout autre apparence ici.

-          Même pas vrai d’abord !!! Ils n’avaient pas que m’emmerder et me traiter de faible gamine !!

-          C’est sur, vu la raclé que t’as foutu à deux d’entre eux !!

Je me surpris à me sentir bien dans ses bras alors qu’il me faisait gentiment la morale, car il avait le sourire et me félicita même pour mes progrès au corps à corps.


Alors qu’il m’avait posé sur le palier du troisième temple, Aioros continua sa monter afin d’aller vers son Temple. Je partis alors directement vers la chambre afin de voir Kanon et lui demander comment c’est passer son entraînement avec son frère. C’est alors que je le vis, coucher sur son lit dormant alors le soleil commençait à peine sa descente. Je montai alors sur le lit pour voir s’il allait bien, car je venais de sentir l’odeur du sang. Une fois sur le lit, je vis Kanon les yeux fermait avec le visage en sang, des coupures sur les bras et sur son torse qu’il avait dénudé. Je poussai un soupir en redescendant et en allant dans la cuisine afin de récupérer de l’eau et de quoi nettoyer le sang et les plaies.


POV KANON

J’étais lessivé de cet entraînement avec Saga, il faut dire qu’il ne m’avait pas loupé cette fois. Je ne sais plus combien de temps j’étais couché sur mon lit, mais il n’y a que coucher que je me sentais bien. Car mes jambes et mes bras me faisaient souffrir le martyr. La seule satisfaction était que mon cher frère était dans le même état que moi coté fatigue et non pour les blessures.

C’est alors que je sentis un tissus humide sur mon visage et passer avec douceur sur mes plaies. Il n’y avait qu’une seule personne qui pouvait me soigner, Wassilia. J’ouvris alors les yeux afin de voir la fillette panser l’une de mes coupures que j’avais sur les bras. Elle n’avait pas son masque, signe qu’elle me faisait assez confiance pour passer outre la loi de notre déesse et cela depuis que je l’ai consolé de son cauchemar sur sa famille. Pour moi elle était trop jeune pour devenir Chevalier et surtout pour assister à la mort de sa famille si je me souviens bien de son rêve. Lorsqu’elle vit que je l’observais, elle me fit un de ses sourires dont elle avait le secret et qui me faisait toujours chaud au cœur. L’homme qui plus tard verra son visage et tombera amoureux de cette petite perle sera un homme très chanceux…

-          Comment tu te sens ?

-          Mieux………merci Wassilia.

-          Pas d’quoi ! Tiens.

Elle me tendit alors un verre qu’elle me força à prendre en prétextant que si je le ne prends pas mes articulations allait encore plus me faire souffrir demain et qu’elle, elle voulait continuait son entraînement…


POV SAGA

La nuit était déjà tombée depuis un bon moment lorsque je rentrais dans mon Temple. Je sentis que mon frère et sa gamine d’apprentie étaient déjà coucher. C’est avec difficulté que j’allais vers la cuisine prendre un verre d’eau avant d’aller me coucher. Cet entraînement avec Kanon m’avait éreinté et mes jambes avaient du mal à me soutenir. C’est alors que je vis un verre sur la table de la cuisine avec un mot à coté. Surpris, je le pris donc et le lu.

Saga

Il y a dans ce verre de quoi atténuer tes douleurs.

Bonne nuit, la gamine

Malgré son écriture maladroite, je ne pus que sourire de cette gamine, qui malgré tous se que je pouvais lui dire prenait soins de moi. Je l’avais remarqué il y peu de temps comment elle se comportait avec Kanon et nos disputes et ses soupir à la fin comme si elle était soulager d’une certaine chose. Je pris alors son verre et partis dans ma chambre…


Morte, c’est le mot pour me décrire en se moment, oui j’étais morte…de fatigue. Et le pire c’était que l’on était que midi !! Kanon dans sa grande générosité de prof sadique avait sonné la cloche des repas. Si mes souvenirs sont bon, la torture à commençait le lendemain de ma bagarre qu’il a commençais à être plus violent pendant les entraînements et à me faire porter des poids monstres. Je suis sure que c’est Aioros qui lui a parlé de ma façon de battre. Car maintenant, je portais des rocs immenses, faisait des pompes et abdos, et me prenait des raclé contre Kanon…

En se moment j’étais couché non loin de Kanon en train d’essayer de respirer après un combat.

-          Alors, déjà fatiguer ?!

-          Parle pour toi !! On reprend quand tu veux !!

C’est sur de belles paroles que je me relevais pour ensuite m’écrouler au sol dans un bruit sourd. Je savais que je forçais trop lors des entraînements, mais je savais aussi la force de nos futurs adversaires…

-          C’est bien beau d’être motivé, mais dans ton état tu ne feras rien de bon.

Je poussai un soupir lorsque je sentis quelqu’un ou plutôt Aiolia me sauter sur le ventre en souriant. Comme à son habitude, il essaya de me hotter mon masque et je l’envoyai bouler plus loin. En le voyant, je repris des force et me leva afin d’aller à sa rencontre et l’aider à se relever.

-          Combien de fois je t’ais dit que tu n’arriveras jamais à m’enlever mon masque !!

-          Même lorsque je serai un Chevalier d’Or ?!

-          Au moins je pourrai te botter méchamment le cul Aio !!

Nous rîmes alors de bon cœur à cause de cette histoire de masque qui nous permet de nous disputer gentiment. Car depuis qu’on est devenu ami, Aiolia veut à tout pris voir mon visage.

-          Oh fait, il est où ton frangin ?

-          En mission.

Cool, cela veut dire que je pourrais passer un peu de temps avec lui, mais le seul hic est le sadique qui nous regarde bien assit sur sa colonne. Je me tournai alors vers Kanon et si je n’avais pas mon masque il aurait pu voir mes yeux de chie battu.

-          Kanon, je peux avoir mon aprem pour la passer avec Aio ?

-          Et ton entraînement ?

-          Ben pas grave !!

Je le vis alors se relever et je pris alors la main d’Aiolia et partis en courant dans le sens inverse. Il fallait mettre de la distance entre nous et mon tortionnaire de maître. Pourtant je fus surprise qu’il ne nous pourchasse pas. C’est alors que l’on s’arrêta non loin du terrain d’entraînement des apprentis.

-          Alors Aio, t’as réussis à convaincre ton frère pour qu’il t’entraîne ?

-          Ouais, mais pas avant mes six ans ! Toi t’as de la chance de t’entraîner !

-          Si tu l’dis. Mais tu sais que six ans est l’âge réglementer pour un entraînement, moi je suis une exception et je peux te le dire j’en bave.

Tu ne peux même pas savoir à quel point je souffre de mes entraînements !!

-          Donc on sera tous les deux des félins.

Je souris à sa phrase, alors que je savais que le Pope avait accepté le fais qu’Aiolia devienne le prochain Chevalier d’Or du Lion. Mais en parlant d’entraînement, cela fait deux semaines que Shion ne m’entraîne plus, car il s’occupe surtout de Mü. Il ne lui reste plus que moins de trois ans maintenant pour parfaire son entraînement…


POV SHION

Je finissais de remplir des papiers dans mon bureau, lorsque la prote s’ouvrit sur Kanon. Cela me surprit un peu, sachant qu’il devait entraîner Wassilia aujourd’hui. Cela ne faisait peut être que deux mois qu’elle était ici, mais beaucoup de personnes s’étaient attaché à elle. J’avais même appris par un maître qu’elle aurait mis une raclé à trois apprentis il y a une semaine.

-          Que puis-je pour toi Kanon ?

-          Je voudrais savoir si je pouvais alléger l’entraînement de Wassilia jusqu’à au moins ses six ans, comme le frère Aioros. Ils s’entendent bien ensemble et je voudrais qu’elle profite de son enfance en se moment.

-          Je vois.

Ça demande me surprend, même si je suis de son avis sur l’âge de Wassilia, cependant sachant le jour de ma mort, je fais tous pour qu’elle et Mü aient leurs armures avant mon départ. Cela peut paraître bizarre, mais depuis qu’elle est ici, je ne suis plus à une surprise près. Elle me dit le futur que par petit bout et préfère me parler de mon passé lors de nos rendez-vous ou entraînement.

-          Sinon, comment se passe son entraînement ?

-          Bien, elle progresse vite, trop vite pour une fillette se son âge. J’ai parfois l’impression de voir une adulte par moment en elle. Par contre elle a un sacré caractère, une vrai tigresse et bagarreuse, surtout lorsque l’on parle de sa taille.

Si tu savais Kanon, je l’a comprends un peu pour sa taille. Moi aussi je le prendrai mal qu’on me traite de gamin. Elle, elle a vingt ans dans un corps de quatre…


Avec Aiolia on avait joué sur la plage pendant un bon moment, mis un raclé à un idiot d’apprenti pour ma part et bien sur on a bien ris. Le coup du type que j’ai tabassé, c’est parce qu’il nous a traité de nain qui n’avais rien à faire ici. Il faut dire que le pauvre lionceau avait encore essayait de m’enlever mon masque durant l’aprem et avait finis dans l’eau !!

Mais en se moment, j’étais sur le Star Hill, la nuit était tombé depuis un bon moment et je regardais les étoiles dans le ciel. J’adore les regarder, cela permet de me calmer et surtout de réfléchir. C’est alors que je sentis un châle se poser sur mes petites épaules et Shion s’assoir à mes coté.

-          Comment es-tu arrivé ici ?

-          Comme toi, c’est le meilleur endroit pour voir les étoiles.

-          Je peux te poser une question Wassilia et essais de ne pas me mentir ou de détourner la question cette fois. Tu sais très bien que je veux t’aider dans ta quête.

Ça je le savais déjà, c’est pourquoi tu me présente chaque nouveaux Chevaliers d’Ors.

-          Heu…pourquoi pas.

-          Comment sais-tu tous cela sur nous ?

Je me tournai vers Shion surprise par sa question, comment lui dire que dans mon monde, ils ne sont que fiction dont j’en suis fan. Cependant c’est vrai qu’il ne m’avait jamais posé cette question. Je pris alors une grande inspiration et en regardant les étoiles…